Projet KALICOU

Impact du cancer du sein sur la qualité de vie de la femme jeune, du conjoint et du couple

Investigateurs : Pr. V. Christophe, Dr. Vanlemmens

Le professeur V. Christophe de l’UMR 9193 SCALab de l’université de Lille – Sciences Humaines et Sociales collabore depuis 2007 sur le programme KALICOU, projet de longue haleine effectué en partenariat avec le docteur Vanlemmens du Département de cancérologie sénologique du Centre Oscar Lambret et auquel ONCOLille est désormais fortement associé pour les troisième et quatrième volets.

L’objectif principal du programme “KALICOU” est de mesurer de façon pertinente et robuste, l’impact du cancer du sein et son traitement sur les compétences émotionnelles et la qualité de vie de jeunes patientes (≤45 ans au moment du diagnostic initial) et de leur partenaire. Ce thème n’est que très peu étudié et aucun outil de mesure fiable n’existe pour appréhender de manière fiable cet impact du cancer sur les couples malgré une utilité évidente pour les cliniciens et les soins de support.

Le premiers volet du projet (2007-2010) a permis le développement de questionnaires permettant l’évaluation de la qualité de vie et l’expérience de soin des patientes et de leur partenaire (69 couples) puis, durant le deuxième volet (2011-2014),  de valider ses questionnaires sur une plus large population (546 patientes et 499 conjoints provenant de 27 centres de traitement). Au final, deux questionnaires ont été validés portant sur de nombreux aspects de la vie sociale et affective de la patiente : gestion des enfants et de la vie quotidienne, appréhension du futur, sentiment de cohésion du couple, difficulté professionnelle et financières, image de soi, sexualité, détérioration de la relation avec les proches…. En parallèle, un partenariat avec le secteur privé a permis de développer les questionnaires sous une forme numérique permettant un suivi plus rapide des difficultés des couples confronté au cancer du sein.

Le troisième volet de Kalicou débutant cette année et supporté par l’INCa et ONCOLille, va permettre maintenant d’exploiter ces nouveaux questionnaires au cours d’un essai clinique afin d’évaluer de façon fiable le vécu subjectif des couples de manière longitudinal (c’est-à-dire tout au long du parcours de soin).  400 couples sont en cours de recrutement et sont invités à remplir les questionnaires avant et après la chimiothérapie, avant et après la radiothérapie, 4 mois après le début d’une hormonothérapie ou de la surveillance post-traitement, et 1 an après la fin du traitement. Les compétences émotionnelles au sein du couple sont une ressource importante pour le protéger des conséquences négatives de la maladie au cours du soin. L’évolution de ces compétences au cours du soin n’avait jamais été mesurée auparavant et permettront d’attirer l’attention du personnel médical sur les problèmes rencontrés par les couples et de proposer des outils d’interventions cliniques et psychosociaux pour favoriser la cohésion du couple face à la maladie.